Ca se précise

24 août 2008

On commence à voir dans la presse des plans de Paris avec l’emplacement des tours, par exemple les terrains des Batignolles. Une opération classique se met en place: la récupération des terrains de la SNCf dans les villes. On dit en même temps que les villes sont congestionnées et qu’il faut revoir les approvisionnements par camion que le rail doit être plus utilisé en ville et on impose à la SNCF de vendre ses gares de marchandise et les parkings à trains ce qui rend bien sur l’exploitation plus délicate.

Nota Autrefois, à la gare StLazare un train de secours sous pression attendait en permanence les incidents ou accidents, aujourd’hui il est bien plus simple de laisser les voyageurs en panne n’importe où  n’importe comment  comme on l’a vu encore récemment sur le TGV  sud est. Et de vendre les terrains, le problème du prix de vente des terrains SNCF est d’ailleurs des plus délicat ! .

C’est un exemple parmi tant d’autres des stratégies de communications actuelles, ( non , non , il ne s’agit pas de mensonges éhontés pas du tout ; c’est simplement de la stratégie de communication en vu de l’intérêt  général  )

On peut remarquer la stratégie de communication sur les terrains de l’ile Seguin valse à trois temps:

1 que faire de ces terrains? Probleme certains voudraient conserver des éléments d’archeologie industrielle

2  un mécène va faire un musée , on peut donc démolir pour faire un musée c’est Culturel et bien plus Culturel qu’une usine , la culture industrielle c ‘est bon pour les Chti pas pour Paris qui a droit à la vraie Culture par de vrais artistes reconnus comme artiste par la société des artistes. Nota cette reconnaissance est indispensable car sinon on pourrait confondre certaines oeuvres avec des détritus ;il est donc indispensable d’étiqueter les oeuvres pour éviter les confusions, ainsi si un artiste pose un nain de jardin le droit de l’artiste rend celui ci inamovible, si c’est votre belle mère ce n’est qu’une saloperie à mette au recyclage, il faut bien saisir la nuance, elle est délicate pour les esprits mal informés des arcanes des commandes artistiques. ( voir les Du… ).

3 pas de chance le mécène se fâche et on ne construit pas le musée d’art moderne . Pas de chance tout est démoli c’est vraiment trop bête mais qu’y faire maintenant ? Le grand  vaisseau en béton de l’ile Seguin a disparu, adieu archéologie industrielle.  Un promoteur serait peut être  intéressé avec de la chance.

Il faut avouer que cette opération a une autre classe que le brouhaha de la démolition des Halles, on voit ici une main de maître dans la gestion du problème . Si on avait commencé  par la phase 3 que d’ennuis, même le Pc se serait élevé contre cette démolition de la mémoire ouvrière, le passage par les nécessites de la Culture témoigne de la qualité des communicants actuels .

La construction des tours dans Paris se fera t elle au nom de la Culture ? Comment se fera la manipulation ?

Ce serait vraiment dommage de ne pas utiliser cette grosse ficele si commode.

Nota Dans la zone des Batignolles on peut voir encore des vestiges des fortifs , comment la culture va elle permettre de les démolir en toute tranquillité ???

Je suggère une méthode éprouvée le démontage pierre par pierre suivi de la perte des pierres, ( déjà utilisé pour de nombreuses portes monumentales ) mais çà marche  c’est une méthode simple qui n’est pas dépourvue d’une certaine élégance .

Des tours : pourquoi faire?

11 juillet 2008

Pour en revenir aux tours parisiennes si on ose dire , aux tours circumparisiennes quel est leur intérêt? Et de quelles tours s’agit il? On nous dit des tours mixtes habitation et bureau. Les tours d’habitation dans Paris ce n est vraiment pas une réussite aussi bien celle du 13eme que celle du 18éme et du 20éme. On nous cir les nouvelles tours ne seront en rien comparables aux anciennes. Mais si les tours exigent un entretien constant et ont de très gros frais de fonctionnement. Les problèmes d’alimentation en eaux , d’égouts pour ne citer qu’eux sont délicats. Et que dire des ascenseurs ? Ils sont particulièrement indispensables et coûteux ils prennent de la place ( ce qui fait partie de leur coût ) Il faut aussi bien sur des groupes électriques d’alimentation de secours pour les pompes à eau , les ascenseurs et la ventilation. Les tours s’entourent de parkings immenses et de terrains aux utilisations vagues et douteuses en général, ne parlons même pas des tours sur dalle un échec  pratiquement partout. Les tours d’habitations permettent d’augmenter les densités d’habitation et augmentent la densité des problèmes.  Est il nécessaire d’augmenter la densité de Paris? ne vaut il pas mieux agrandir Paris. Si on considère cette ancienne définition une ville c’est l’ensemble des points joignables pas un aller et retour dans la même journée après une activité utile. La taille de Paris a singulièrement augmenté avec les TGV. Mais, là encore la vigilance de la VP a permis d’interdire les cartes d’abonnement sur le TGV qui permettraient de profiter de la faible distance temporelle de ville comme Lille. Il serait bien tentant d’habiter le vieux Lille pour travailler à Paris : quelle horreur vite bloquons par des tarifs dissuasifs ceux qui pourraient être tentés. Et, pourtant des trains de banlieue à Grande Vitesse permettraient d’agrandir singulièrement Paris . A l’urbanisme des tours substituons un urbanisme polycentriques aux dimensions humaines. Car là est le point fondamental les énormes bâtiments sont énormes et inhumains. L’homme a besoin de bâtiments à sa mesure et à sa taille. Bien sur, quelques tours de cathédrales , quelques tours Eiffel quelques signaux permettent de jouer sur ces échelle et donner un sentiment de dimension. Mais il ne s’agit que de signaux locaux et isolés. Versailles est Versailles aussi par sa taille, cette taille que l’on donne a n’importe quelle barre de Hlm ne fonctionne pas la monumentalité du roi soleil n’est pas faite pour l’habitat de tout un chacun. Si on peut trouver un point intéressant dans l’œuvre de Gehry http://fr.wikipedia.org/wiki/Frank_Gehry c’est son refus du monolithismes  son refus de la rue de Rivoli qui se répète sur  des centaines d’immeubles. La rue de Rivoli est à peu près supportable car on ne la voit pas dans toute sa longueur, la tour au contraire s’impose à nous sur toute sa hauteur.

On a reproché aux adversaires de vouloir faire de Paris une ville musée ce qui serait le très grand crime contre Paris. Et, bien une ville musée attire des millions de touristes qui ne s’y  trouvent pas si mal et y reviennent . L’industrie touristiques est une énorme industrie qui tourne sur un très gros chiffre d’affaire. Et qui pollue nettement moins ( sur place au moins ) que bien d’autres industries. Il ne s’agit pas de faire de Paris un Herculanum !. Une ville musée peut être un endroit très agréable à vivre. Il n’est que de voir à quel prix s’arrachent les appartements dans le Marais , dans le 7éme etc. Mais bien sur étendre ce plaisir d’habiter à d’autres quartier serait un crime contre la plus value des beaux quartiers.

Les tours de bureaux sont elles plus justifiées??

Les tours à Paris

9 juillet 2008

Les premiers effets de la défaite relative des Verts aux élections municipales de Paris se font sentir. La question des tours revient sur le tapis parisien. Que n ‘a t on pas entendu sur ce sujet. L ‘intervention que je préfère est celle Du Corbusier et du plan Voisin pour Paris. Il s’agissait de raser Paris entièrement sauf Notre Dame et quelques autres monuments historiques et une fois place nette faite de les remplacer par des barres parallèles de plusieurs dizaines d’étages et de quelques milliers de cellules qui peuvent aussi bien faire des bureaux que des habitations . Les dessins de l’époque sont positivement incroyables, on se demande comment quelqu’un de relativement normal pu enfanter un monstre pareil. Même pour un décor de film catastrophe je crois qu’on n’oserait plus.

Giscard a bloqué la construction des tours dans Paris et celle des pénétrantes routières . Aujourd’hui la question revient sur le tapis. Mais, rassurons nous il ne s’agit pas de construire dans Paris , dans le Marais en face de chez Lang par exemple . Non, ces tours parisiennes idéalement seraient construites en banlieue , selon un processus déjà vu avec la Défense. Ce mouvement centrifuge de Paris expulsant vers la banlieue les problèmes est très ancien. Il commence avec les charniers et gibets de Montfaucon, se continue avec l’expulsion des cimetières ( Thiais .. ) des hôpitaux psychiatriques de préférence ( Charenton.. ) des décharges,des égouts , des champs d’épandage ( Achéres .. ) des établissement universitaires scientifiques ( Orsay .. ou Jussieu sur Amiante ) et Techniques Beurk. ( Cachan .. ) Beurk. Bien entendu les éléments nobles restent dans Paris comme les facs de Droit , les grandes facs de médecine, une partie des lettres. Les ministères et les grands services de l’Etat restent à Paris. Enfin, bien entendu les pauvres sont expulsés , c’est une grande constante depuis Haussman, la ville de Paris installe ses HLM soit sur les fortifs , le plus à l’extérieur possible, ou sur les communes périphériques qui se couvrent de HLM gérés de fait par la ville de Paris. Dans Paris intra muros les logement sociaux sont attribués aux bons pauvres laborieux sages et votant bien.

Bien entendu la politique du transport suit. La politique constante de la ville de Paris est de bloquer les transports entre Paris et la Banlieue. Les choix techniques du métro n ‘ont qu’un seul but rendre les échanges Paris/ extérieur de Paris plus difficiles. Le plan d’extension du métro des année 30 n’est pas encore fini soit prés de 80 ans plus tard c ‘est dire si l’opposition de la VP à l’extension du métro vers la Banlieue a été efficace. Sur Saint Lazare par exemple le train de banlieue suivent sur le groupe 1 Versailles St Nom encore les horaires des années 30. Et, il n ‘est pas question d’amélioration , la SNCF essayant par des suppressions de trains continuelles d’habituer les clients à une situation ultérieure pire ( imposer des changements de train à la Défense ) . Dans la même région la RATP à remplacer à grand frais la voie de Puteaux à Issy Plaine par un tram aux normes techniques telles qu’il est impossible de faire rouler un train sur les voies. C’est l reprise des choix de 1900 pour le métro, voila une belle continuité à travers les siècles. On peut aussi remarquer que la construction a été bloqué pendant des années pour une argutie à propos de la construction d’un pont à Puteaux ( pont que le Génie aurait construit en quelques jours ) Rien n ‘a été fait pour débloquer la situation, les interets de blocage étaient vraiment fort. Du coté d’Issy la ligne s’arrete au milieu de nulle part , les travaux de prolongation jusqu’à un terminal de metro s’éternisent et le maximum est fait pour les rendre aussi longs que possibles , bien entendu le tram des Maréchaux et le tram de Banlieue sont techniquement incompatibles.

Le choix du tram sur les boulevards des Maréchaux est inspiré par la même idéologie, bloquer les arrivées de Paris aux banlieusards reporter les nuisances le plus prés possible des banlieues. Il aurait été tres simple de réutiliser la ligne de petite ceinture , mais cela aurait fait de la peine à tout ceux qui avaient acheté un appartement donnant sur les anciennes voies qui font un très beau jardin , et ceux là ils votent à Paris et sont capables de pétitionner enfin de faire des ennuis. Le choix a donc été vite fait.

Pourquoi bloquer les transports vers la banlieue? et bien tout simplement pour maintenir les prix des appartements élevés dans Paris intra muros. De plus il faut empêcher les pauvres de revenir dans Paris pour s’amuser, pour travailler bien sur mais surtout il faut rendre les transports si pénibles qu’ils ne reviennent pas gêner le soir ou le week end. Les RER A et B rendent les Halles bien trop proches de banlieues,la ville n’a pu empêcher leur construction, c’était De Gaulle qui a décidé du Rer A entre Etoile et La Defense , et aussi plus indirectement de sa continuation vers l’ancienne ligne de la Bastille . Elle s’est bien rattrapée avec le C qu’elle a rendu si pénible d’utilisation en imposant des arrêts inutiles. L’histoire des voies de la ligne des présidents seraient amusante si elle n’était un signe fort de cette politique.

Et, puis les banlieusards travaillent à Paris mais n’y votent pas, quelles importance de les mécontenter? Un autre exemple , le blocage des quais de la Seine ,de la traversée du Bois de Boulogne et de celui de Vincennes en week end pose pas mal de problèmes aux banlieusards qui justement ces jours là ont encore moins de transport en commun un double but est atteint amuser les bobos parisiens qui peuvent faire du vélo au Bois et bloquer les banlieusards qui voudraient s’amuser dans Paris. On pourrait multiplier les exemples, la carte orange, les tarifications etc.

A cette politique d’expulsions s’ajoute une politique fiscale, la ville expulse les problèmes mais ne paye pas . Ainsi dans les communes périphériques o^u la ville installe les HLM les impôts locaux des résidents non bénéficiaires des HLM explose , il faut bien que quelqu’un paye. Ce qui provoque la fuite de ces résidents et débute le cercle vicieux bien connu qui conduit inexorablement aux problèmes que chacun connaît.

Il semble évident que le découpage urbain qui date de 1850 n’ a plus aucune pertinence, que le minimum est d’intégrer dans Paris les communes de l’ancienne Seine et celles qui les touchent. Ce qui permettrait une péréquation des revenus des impôts locaux et une voix au chapitre dans le conseil de Paris des communes qui subissent passivement Paris.

Il est clair que la politique urbaine en serait complètement changée.

Hello world!

9 juillet 2008

Welcome to WordPress.com. This is your first post. Edit or delete it and start blogging!


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.